Je joue du violoncelle, je joue au bridge, je lis et j'écris ... de temps en temps je compose ...

mercredi 30 novembre 2016

"Laudanum" de Virginie Bégaudeau.

Un roman qui remet les pendules à l'heure aux nostalgiques de "l'ancien temps". Oui, au début du vingtième siècle, quand la psychiatrie était encore balbutiante et qu'on ne savait soigner les "fous" qu'en les attachant ou en les bourrant de drogues, sans distinguer les divers types de désordres mentaux. Une femme accouche dans un hôpital psychiatrique. Comment traiter l'enfant ? Est-elle malade ou victime ? Le famille fait ce qu'elle croit être le mieux. Mais qu'est-il arrivé à Moïra ? Il faut qu'elle rencontre Claire, fille de médecin et future psychiatre, pour que l'on puisse démêler les fils de cette histoire. Un morceau de bravoure : l'exposé de Claire devant le faculté de médecine. Une jeune femme, pas même médecin, qui décrit une affection mentale en 1908. A une époque où Freud  commence tout juste à être connu, et n'avait pas encore autorité. 
Un livre lourd, qui parait s'éterniser vers le milieu, mais plus on avance plus l'action s'accélère et tout est nécessaire à la compréhension de l'histoire. 
Merci à Virginie Bégaudeau pour cette tranche de vie et d'histoire. 
Editions Books On Demand, 404 pages, 15.99 €.