Je joue du violoncelle, je joue au bridge, je lis et j'écris ... de temps en temps je compose ...

mardi 1 novembre 2016

Micheline Cumant : La Mort dans les Cromlechs

Editions Books On Demand, 240 pages, 9.50 €.
Un roman policier bien classique, qui se déroule en Angleterre, dans la campagne, entre les cottages, avec des chevaux, des voitures - anglaises, bien sûr ! -, un enquêteur de Scotland Yard et des policiers locaux, avec un magistrat retraité qui a le rôle de conseiller.
Et tout cela se passe dans un endroit chargé d'histoire : Avebury, dans le Wiltshire. Le site est moins connu que Stonehenge - qui n'est qu'à 35 km -, mais Avebury est construit sur un cromlech, alignement de pierres circulaires, daté de l'époque néolithique, environ 2 600 avant Jésus-Christ.
Le superintendent Quint-William Rockwell, de Scotland Yard, escomptait bien passer quelques semaines de vacances dans sa maison du Wiltshire, tout près d'Avebury, en promenades à pied, à cheval, en conversations agréables avec son vieil ami le magistrat à la retraite Seamus Casey-Wynford. Mais il y a eu un cadavre, un enfant inconnu assassiné. Cela concerne la police locale. Mais ensuite, il y a eu un accident... non, un meurtre... Et il y a une jeune fille qui semble focaliser les regards de beaucoup de gens, un éleveur de chevaux, un producteur de télévision, une dame honorablement connue à Swindon, la ville voisine. ¨Plus un artiste peintre un peu excentrique, sa soeur, psychologiquement instable, un médecin légiste cynique et désabusé. Avec tout ce monde, la police locale piétine. Et le superintendent, d'abord intrigué par les faits, doit aider ses collègues. Mais à sa façon. Avec son vieil ami le magistrat, ils démontent les indices à la façon d'une analyse musicale. Car tout s'enchaîne, tout est construit comme une fugue de Bach, le compositeur favori du magistrat, mais tout se développe avec la virtuosité romantique d'un scherzo de Chopin, que le superintendent joue à merveille. L'aventure se déroule en trois mouvements, comme un concerto, et se termine avec une cadence de soliste.